Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 mai 2013 5 10 /05 /mai /2013 11:07

En choisissant ma tombe

J’ai convoqué la mort

Elle est venue en trombe

En hurlant « mi amor ».

 

J’aurais bien voulu vivre

Quelques années encore

Pour que mon cœur s’enivre

Des parfums de ton corps.

 

À vouloir prévenir

L’imminence du trépas

Je n’ai pu retenir

 

Le dernier de mes pas.

Sur ma pierre s’esclaffe

Une stupide épitaphe.

 

 

Repost 0
Published by Eric Van Hamme - dans Ce que j'écris.
commenter cet article
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 17:59

Poignarder les nuages

De ma lame acérée

Faire jaillir toutes leurs larmes

En longs geysers d’argent.

 

Égorger le soleil

Par le fil de mon sabre

Éclabousser l’azur

D’une pluie aveuglante.

 

Caresser l’océan

De ma paume assassine

L’inconscient collectif

Ne s’abreuve que de sang. 

Repost 0
Published by Eric Van Hamme - dans Ce que j'écris.
commenter cet article
5 mai 2013 7 05 /05 /mai /2013 09:44

Un jour prochain je serai mort 

Mon cœur de battre aura cessé 

Les larmes acides auront séché 

La vie expulsée sans remord. 

 

Un jour prochain vous m’oublierez 

Me bannirez de vos mémoires 

Aucune image dans vos tiroirs 

Le feu aura tout purifié. 

 

Cette perspective me terrorise 

Ma vie n’aura servi à rien 

J’ai tant craché sur les églises 

 

Que mon enfer sera païen. 

Je sens mes paupières se fermer 

Un rêve noir pour m’inhumer. 

 

Repost 0
Published by Eric Van Hamme - dans Ce que j'écris.
commenter cet article
2 mai 2013 4 02 /05 /mai /2013 22:34

Nos sociétés partout affichent

Pléthore de valeurs fondatrices

Brandies comme autant d’étendards

Qui sont foulés à chaque pas.

 

Au règne du chacun pour soi

L’humanité a disparu

La liberté s’est envolée

Dans le maelström d’un vent sournois.

 

L’égalité est celle des gueux

Au frontispice de ces palais

Où les magnats s’amusent de nous

 

En nous leurrant comme des niguauds.

Nous cultivons nous-mêmes l’opium

Dont la fumée emporte nos âmes.

 

Repost 0
Published by Eric Van Hamme - dans Ce que j'écris.
commenter cet article
28 avril 2013 7 28 /04 /avril /2013 21:21

Tu t’épanches sur ma peau

Tes sanglots saccadés

Font chavirer mon cœur.

 

Une brume de tristesse

Où l’azur s’est fondu

Porte un voile sur tes yeux.

 

Ta nuque est si gracile

Qu’elle se pose sur mon torse

Comme une plume d’oiseau.

 

Ton souffle est un murmure

Fredonnant des caresses

Sur les flots du désir.

 

Je sens vibrer en toi

Les émois de l’envie

Qui me font frissonner. 

 

Repost 0
Published by Eric Van Hamme - dans Ce que j'écris.
commenter cet article
27 avril 2013 6 27 /04 /avril /2013 16:56

Sur les pentes brunies

Le soleil se prélasse

En toute impunité.

 

Il étend son empreinte

D’une vague brûlante

À l’écume mortifère.

 

Qu’importe qu’il nous ronge

Comme le plus vil acide

Forgerait des essarts.

 

Quand il sera parti

Nous nous prosternerons

En clamant sa grandeur.

 

Repost 0
Published by Eric Van Hamme - dans Ce que j'écris.
commenter cet article
21 avril 2013 7 21 /04 /avril /2013 21:33

S’il n’était le fil rouge

Pour me montrer la voie

S’il n’était le respect

Pour ceux qui me surpassent


S’il n’était cet ego

Qui me sert de moteur

S’il n’était cette rage

Qui me brûle tout entier


S’il n’était le maelström

Qui m’essore corps et âme

S’il n’était mon cœur las

Qui bat par habitude


S’il n’était notre amour

Qui fait de moi un homme

Et tes yeux qui s’écrient


Reste encore avec moi

Alors j’aurais cessé

D'espérer voir demain.  

 

 

Repost 0
Published by Eric Van Hamme - dans Ce que j'écris.
commenter cet article
20 avril 2013 6 20 /04 /avril /2013 09:18

Par ta bouche tu sculptais

L’empreinte des mots éteints

Emportés en silence

Sur les ailes de Pégase.


Les humains t’ignoraient

Croyant que l’à-propos

Et même l’intelligence

Sans les sons n’existaient.

 

Comme ils étaient bien sourds

Et totalement aveugles

Bardés de certitudes

Sans même y réfléchir.

 

Sinon ils auraient vu

Dans ton regard limpide

La flamme qui révélait

Les contours de leurs peurs.

 

Qu’auraient-ils bien pu dire

Sans recevoir l’écho

Des propos sentencieux

 

Qu’ils lançaient à dessein ?

Leurs paroles infécondes

Balayées par Éole. 

 

Repost 0
Published by Eric Van Hamme - dans Ce que j'écris.
commenter cet article
15 avril 2013 1 15 /04 /avril /2013 22:07

Ma chambre est à Paris

Celle qui tutoie le ciel

La tête au firmament

Et les yeux hauts perchés.

 

Quand ma lucarne luit

Au sommet de la ville

Je plonge dans l’océan

Aux étoiles scintillantes.

 

J’admire leurs fins ballets

Dessinant au zénith

Des portées lumineuses

 

Où je valse la nuit.

Et je sais que mes rêves

Brilleront à jamais. 

 

Repost 0
Published by Eric Van Hamme - dans Ce que j'écris.
commenter cet article
13 avril 2013 6 13 /04 /avril /2013 22:31

Ma chambre est à Paris

Celle qui tutoie le ciel

La tête au firmament

Et le cœur éthéré.

 

Quand ma lucarne luit

Au sommet de la ville

Je plonge dans l’océan

Aux ilets scintillant.

 

J’admire leurs fins ballets

Tissant dans l’éphémère

De longs rets galactiques

 

Où je danse la nuit.

Sur la houle stellaire

Je revis, insolent. 

Repost 0
Published by Eric Van Hamme - dans Ce que j'écris.
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog d'Eric Van Hamme
  • Le blog d'Eric Van Hamme
  • : Partager ma passion pour l'écriture sous toutes ses formes. Vous faire connaître quelques coups de cœur de lecture. Confronter nos points de vue, tout simplement.
  • Contact

Recherche