Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 juillet 2014 7 13 /07 /juillet /2014 15:59

Une pluie dense et froide

Se déverse sur nos cœurs

Elle nous blesse dure et roide

Et charrie nos rancœurs.

 

Ainsi donc nos humeurs

Aux caprices du ciel

Sont une suave liqueur

Ou amères comme le fiel.

 

Il nous faudrait pourtant

Ignorer l’indécis

Considérer le temps

 

Comme une péripétie

Et nous pourrions alors

Etre heureux sans effort.

 

Repost 0
Published by Eric Van Hamme - dans Ce que j'écris.
commenter cet article
5 juillet 2014 6 05 /07 /juillet /2014 08:24

Tomber la neige, c'est ce que le blog va regarder, en plein mois de Juillet. Si, si, c'est possible d'après météo France, pour peu de prendre de l'altitude, enfin beaucoup. Se lever tôt (comme d'habitude), prendre le métro (un funiculaire underground), enchaîner par un téléphérique, se retrouver à 3450 mètres d'altitude sur le glacier de la grande Motte, contempler tout autour la montagne vierge enneigée (par national de la Vanoise), chausser les skis, puis glisser, glisser, glisser dans l'ivresse des sommets.

 

Un petit mot pour ma fille Hélène qui, en l'espace de dix jours, a été reçue au baccalauréat mention très bien, et admise à l'école nationale supérieure d'architecture de Paris Malaquais.

Je l'admire comme je l'aime : très fort !

 

Rendez-vous en août. Portez vous bien.

Repost 0
Published by Eric Van Hamme
commenter cet article
28 juin 2014 6 28 /06 /juin /2014 13:19

Maman est morte

Papa s’en va

Une sombre escorte

Sous les gravats.

 

J’entends les cris

De ceux d’en bas

Tout est inscrit

Nos noirs combats.

 

 

Un vil acide 

 Coule dans nos veines

Un lent suicide  

 

Comme une déveine.

Fatale issue

Jamais déçue.

 

Repost 0
Published by Eric Van Hamme - dans Ce que j'écris.
commenter cet article
22 juin 2014 7 22 /06 /juin /2014 07:29

Tu me regardes infiniment

Les yeux perçants comme un rapace

Et le désir exubérant.

 

Ton regard fixe se fait vorace

Mon cœur s’emballe furieusement.

Dans ton jardin je me surpasse

 

Dur à l’ouvrage passionnément.

Ton sexe ardent soudain me chasse

Je reste seul incandescent.

 

Repost 0
Published by Eric Van Hamme - dans Ce que j'écris.
commenter cet article
20 juin 2014 5 20 /06 /juin /2014 05:19

Tu me regardes infiniment

Les yeux perchés dans un espace

Où les soleils sont firmaments.

 

Ton regard rouge devient de glace

Et mon cœur vole indécemment.

Vers ton jardin je me déplace

 

Étoile filante directement

Ton sexe brûlant soudain me chasse

Je reste seul confusément.

 

Repost 0
Published by Eric Van Hamme - dans Ce que j'écris.
commenter cet article
16 juin 2014 1 16 /06 /juin /2014 05:43

Un coup de gueule pour ces hordes d'abrutis qui devraient apprendre la signification de "service public".

Repost 0
Published by Eric Van Hamme
commenter cet article
7 juin 2014 6 07 /06 /juin /2014 08:05

Grâce à monsieur Gillette les femmes ont réalisé que les hommes étaient comme leurs rasoirs : jetables. 

 

Repost 0
Published by Eric Van Hamme - dans Ce que j'écris.
commenter cet article
4 juin 2014 3 04 /06 /juin /2014 19:05

Bonsoir,

point de poème, pensée ou compte-rendu de lecture mais un coup de projecteur sur le projet de Vincent Cospérec qui va traverser la France en courant au mois d'août, de Strasbourg à Carnac. Pour quoi faire ?

Tout simplement pour venir en aide à l'association ELA qui lutte contre la leucodystrophie.

Votre soutien, quelle qu'en soit la forme, sera le bienvenu. Vous pouvez retrouver vincent sur son blog :

http://part-courir-la-france.blog4ever.com/

link

 

Repost 0
Published by Eric Van Hamme
commenter cet article
1 juin 2014 7 01 /06 /juin /2014 17:56

http://www.seuil.com/images/couv/b/9782021117707.jpg

Lorsqu’un roman déclenche dès sa sortie une frénésie médiatique, a fortiori si l’auteur est un très jeune novice, j’adopte quasi systématiquement une attitude de circonspection. J’attends alors que la vague déferle plus loin, sur les hordes de lecteurs avides de sensationnel, sur les découvreurs de talent(s) – avec ou sans « s »  –.

Alors, forcément, en ce mois de janvier 2014, lorsque la petite rentrée littéraire consacre ex abrupto l’ouvrage d’Edouard Louis « En finir avec Eddy Bellegueule », lorsque les médias dans leur ensemble ont chanté en chœur les louanges pour ce roman, ma réserve habituelle s’est instantanément muée en prudence. Sans aucun doute une réminiscence de mon ancienne vie de marketeur. Je connais trop la musique pour me laisser berner.

Sauf que, quelques semaines plus tard Ghislaine, une collègue papivore, m’en dit à son tour le plus grand bien. Je lui fais part de ma réserve, une réserve qu’elle a tôt fait de balayer d’un revers de manche, en me disant en substance « lis d’abord, tu jugeras ensuite ». L’évidence même. Avisant sans aucun doute ma mine dubitative Ghislaine sort un coup gagnant en me proposant de me prêter l’exemplaire qu’elle s’est elle-même offert.

Histoire de ne pas perdre la face devant moi-même, de conserver un soupçon d’estime pour ma petite personne, j’ai freiné quelques semaines supplémentaires, le temps de déguster « L’embellie » le roman d’Audur Ava Olafsdottir présenté sur ces mêmes ondes le mois dernier.

Et puis, j’ai commencé ma lecture : « De mon enfance je n’ai aucun souvenir heureux. Je ne veux pas dire que jamais, durant ces années, je n’ai éprouvé de sentiment de bonheur ou de joie. Simplement la souffrance est totalitaire : tout ce qui n’entre pas dans son système, elle le fait disparaître. » Groggy par la force de ce premier paragraphe, j’ai posé le livre, avant de relire lentement une fois, puis deux, cette entrée en matière tellement puissante qu’elle ne pouvait, à l’évidence, n’être qu’un sentiment intime réellement éprouvé par l’auteur. J’ai ensuite continué : « Dans le couloir  sont apparus les deux garçons, le premier, grand, aux cheveux roux, et l’autre, petit, au dos voûté. Le grand aux cheveux roux a craché Prends ça dans ta gueule. Le crachat s’est écoulé lentement sur mon visage, jaune et épais, comme ces glaires sonores qui obstruent la gorge des personnes âgées ou des gens malades, à l’odeur forte et nauséabonde. Les rires aigus, stridents, des deux garçons Regarde il en a plein la gueule ce fils de pute. Il s’écoule de mon œil jusqu’à mes lèvres, jusqu’à entrer dans ma bouche. Je n’ose pas l’essuyer. Je pourrais le faire, il suffirait d’un revers de manche. Il suffirait d’une fraction de seconde, d’un geste minuscule pour que le crachat n’entre pas en contact avec mes lèvres, mais je ne le fais pas, de peur qu’ils se sentent offensés, de peur qu’ils s’énervent encore un peu plus. »

Il y a comme un aveu fondateur « il suffirait d’un revers de manche ». Seulement voilà, ce revers de manche, jamais Eddy ne le fera, victime expiatoire presque consentante, comme s’il s’était résigné à payer le prix. Mais le prix de quoi ? Le prix de sa différence, de ses différences avec les autres, tous les autres, ceux de son milieu, un village triste de Picardie, sinistré économiquement, désert culturel, presqu’une réminiscence de l’« Assommoir » ou de « La longue peine » : différence physique, différence sexuelle, différence d’intelligence, différence d’attitude, différence de vue… Tout ce qui le singularise, tout ce qui fait qu’on le traite comme une curiosité, presqu’un animal de foire qu’on aurait décidé de martyriser, de faire payer pour tout ce qu’il est et que tous les autres ne sont pas. Eddy Bellegueule, un nom en trompe-l’œil, pour celui qui a une sale gueule, celle de l’étranger qu’on vilipende à l’envi, qui à la gueule de l’autre, sur qui on rejette la faute, sur qui on crache, au propre comme au figuré, dans un mélange de racisme, de xénophobie et d’intolérance exacerbés. Celui dont tout le monde parle jusque dans la cour du collège de secteur : « C’est toi le pédé ? ». Celui qui se singularise « Pourquoi Eddy il se comporte comme une gonzesse. Ils m’enjoignaient : Calme-toi, tu peux pas arrêter avec tes grands gestes de folle. Ils pensaient que j’avais fait le choix d’être efféminé, comme une esthétique de moi-même que j’aurais poursuivie pour leur déplaire. »

En finir avec Eddy Bellegueule dérange assurément. Dans ce roman, qui flirte avec le récit sur lequel il s’appuie largement, Edouard Louis, alias Eddy, expurge toute la peine, la rage et le désespoir qui ont marqué son enfance et son adolescence. Une introspection, une psychanalyse couchée sur le papier, un besoin de dire et de partager ce qu’il a vécu dans cette Picardie si proche et si lointaine. Le style est simple, direct, sans fioriture, en parfaite adéquation avec la violence sournoise qui s’insinue insidieusement jusque dans le plus infime interligne du livre. Des aveux choc : « On ne s’habitue jamais à l’injure ». Et des injures, il en a plu sur Eddy, tombé comme une grêle froide et cinglante : « Pédale, pédé, tantouse, enculé, tarlouze, pédale douce, baltringue, tapette (tapette à mouches), fiotte, tafiole, tanche, folasse, grosse tante, tata, ou l’homosexuel, le gay. » Des répliques presque insoutenables « C’est ça qu’est le meilleur, c’est le sang quand il vient juste de sortir de la bête qui crève. » ou bien criantes de vérité « Le manque d’argent finissait toujours par se transformer en choix »

Difficile de dire si j’ai aimé ou détesté ce livre. Probablement un peu des deux. Ce qui fera qu’il laissera une empreinte durable dans ma mémoire, mais n’était-ce pas là le but recherché ?

 

 

 

 

Repost 0
Published by Eric Van Hamme - dans Mes lectures
commenter cet article
30 mai 2014 5 30 /05 /mai /2014 10:59

Que voulez-vous, je m'accroche à l'idée qu'il y aura bien quelqu'un qui, par désespoir sans doute, ou bien "sur un malentendu" comme disait l'autre, écoutera la radio ce samedi vers 17h20. Non, ben tant pis ! Vous lirez ensuite le papier sur le blog ? Non plus ! Ah oui, encore faudrait-il qu'il y ait un visiteur passablement éméché qui se perde au milieu de nulle part. 

Quoi qu'il en soit, je chroniquerai donc le roman d'Edouard Louis "En finir avec Eddy Bellegueule". Ayant (volontairement) laissé passer la meute, cette chronique sera certainement la 2 794ème sur ce bouquin. Mais bon, il faut aussi des suiveurs de suiveurs, ceux qui font du vélo derrière la voiture balai. Retournez-vous, ne partez pas, en regardant bien plus bas les premiers lacets de l'Alpe, peut-être me verrez-vous soufflant comme un bœuf... 

Pour les hertziens (idf) c'est sur 98.0 Fm

Pour les câblés et les fibrés c'est plutôt là : link

 

 

Repost 0
Published by Eric Van Hamme - dans Mes lectures
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog d'Eric Van Hamme
  • Le blog d'Eric Van Hamme
  • : Partager ma passion pour l'écriture sous toutes ses formes. Vous faire connaître quelques coups de cœur de lecture. Confronter nos points de vue, tout simplement.
  • Contact

Recherche