Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 décembre 2013 5 27 /12 /décembre /2013 15:59

La période est aux cadeaux, à tous les cadeaux, même les moins recommandables. Alors, si quelqu’un vous propose une critique radiophonique de « Petites histoires comme ça ! » réfléchissez bien avant de donner votre réponse ! 

Pour subir votre punition sur les ondes d’IDFM (98 FM pour les franciliens) il ne vous reste plus qu’à vous rendre disponibles demain vers 17h00 (méridien de Paris) en cliquant sur le lien :

link

 

Repost 0
Published by Eric Van Hamme - dans Mes lectures
commenter cet article
21 décembre 2013 6 21 /12 /décembre /2013 20:51

Arabesques aériennes

Voiles noires et ciel blanc

Vous dansez deux par deux

Dans un ballet gracile.

 

Le parfait synchronisme

De la chorégraphie

Comme un reflet visible

De vos âmes embrassées.

 

Tant qu’il y aura du vent

Et des parfums saphir

Vos cœurs danseront, fiers,

Sur vos ailes émouvantes.

 

Repost 0
Published by Eric Van Hamme - dans Ce que j'écris.
commenter cet article
15 décembre 2013 7 15 /12 /décembre /2013 09:24

Dans l’azur de tes yeux se dessinent

Les flammes d’une volonté farouche

Autodafé qui assassine

Les certitudes qui nous touchent.

 

Sous la bannière du cognitif

Tu combats les idées reçues

Le déjà-joué et les poncifs

Les routes sombres et sans issue.

 

Lorsque parfois tu désespères

Que tes efforts te semblent vains

Tu sais compter sur mère et père 

 

Pour faire basculer ton destin.

Un jour viendra ma tendre enfant

Où tu sonneras l’olifant.

Repost 0
Published by Eric Van Hamme - dans Ce que j'écris.
commenter cet article
8 décembre 2013 7 08 /12 /décembre /2013 12:54

Un menuisier au placard, vif et bien bâti, porte plinthe au parquet contre un valet de vingt piges pour passe gauche et placage à la gorge de profil.

Repost 0
Published by Eric Van Hamme - dans Ce que j'écris.
commenter cet article
6 décembre 2013 5 06 /12 /décembre /2013 06:49

L'humanité a perdu son vaisseau amiral.

http://referentiel.nouvelobs.com/file/5583290-la-sante-de-nelson-mandela-s-ameliore-selon-la-presidence.jpg

 

Essayons de profiter des vents qu'il a insufflés pour atteindre les rivages de la sagesse et de la tolérance.

 

Merci Nelson, tu vas tant nous manquer !

Repost 0
Published by Eric Van Hamme - dans Ce que j'écris.
commenter cet article
30 novembre 2013 6 30 /11 /novembre /2013 18:49

Je t’aime tellement telle que tu es

Ta gentillesse et ta beauté

Brillent dans le ciel noir comme le jais

Où tu me guides à chaque instant.

 

Je te chéris telle que tu es

Ta peau soyeuse et ta bonté

Dessinent un magnifique écrin

Où je me love à tout moment.

 

Je te vénère telle que tu es

Les sillons dessinent sur ton corps

Les lignes de nos bonheurs futurs

Lorsque nos âmes s’envoleront.

Repost 0
Published by Eric Van Hamme - dans Ce que j'écris.
commenter cet article
25 novembre 2013 1 25 /11 /novembre /2013 07:24

A chaque génération c’est la même chose. Les « vieux » se désespèrent des plus « jeunes ». En ce qui me concerne, je suis souvent effaré par la faiblesse de la culture générale.

L’extrait de dialogue ci-dessous est totalement vrai et m’a été rapporté par ma fille aînée qui, la semaine passée, a participé à sa Journée défense et citoyenneté (JDC), comme toutes celles et ceux fêtant bientôt leurs 18 ans. Pour fixer le profil de l’auditoire, il faut préciser que seules 5 personnes sur 30 poursuivaient leur parcours scolaire dans la voie générale. D’après ce que ma fille m’en a rapporté, les autres participants avaient bifurqué par défaut et non par choix, ce qui est fort dommage tant il existe de nobles et beaux métiers manuels. Mais c’est une autre histoire…

Voici donc. Personnages, par ordre d’apparition :

-        Instructeur de l’armée

-        Jeune 1 et Jeune 2 droit venus d’une verte cité de la banlieue nord-ouest de Paris

 

Instructeur : - Savez-vous ce qu’est « l’institut Pasteur » ?

Jeune 1 : -  Ben ouais, c’est l’école des curés !

Instructeur : - Pas tout à fait, il s’agit du plus célèbre institut de recherche contre les maladies infectieuses. Il a été fondé par Louis Pasteur afin de pouvoir étendre la vaccination contre la rage.

Jeune 2 : - Moi aussi, j’ai la rage ! (plusieurs jeunes s’esclaffent)

Instructeur : - Ne rigolez pas, les chercheurs de « l’institut Pasteur » ont par exemple découvert le virus VIH, le virus qui provoque le SIDA

Jeune 1 : - Trop forts les mecs, ils ont inventé le SIDA. Respect !

 

Eh oui, une partie de notre futur se trouve dans ces assemblées…

 

 

Repost 0
Published by Eric Van Hamme - dans Ce que j'écris.
commenter cet article
16 novembre 2013 6 16 /11 /novembre /2013 17:29

 

http://www.albin-michel.fr/images/couv/8/6/8/9782226246868g.jpg

    « On n’attend plus rien de la vie, et soudain tout recommence. Le temps s’arrête, le coeur s’emballe, la passion refait surface et l’urgence efface tout le reste. Il a suffi d’une alerte sur mon ordinateur pour que, dès le lendemain, je me retrouve à six mille kilomètres de chez moi, l’année de mes quatorze ans. L’année où je suis mort. L’année où je suis né»


    Étonnante introduction en vérité, presque incompréhensible pour qui la lirait au premier degré, ce qu’il ne faut jamais faire avec Didier Van Cauwelaert. Je la relis donc attentivement une fois, puis deux, puis trois sans réussir à percer cet apparent mystère : comment diable peut-on naître et mourir en même temps ? Comment une seule et même personne pourrait-elle réussir ce tour de force ? Une seule personne, non. Mais deux personnes distinctes le pourraient sans  le moindre problème... enfin presque, pour peu que ces deux personnes n’en soient qu’une, ce qui amène d’autres questions auxquelles je n’arrive pas à répondre immédiatement. Une seule solution : il faut interroger le narrateur qui, après tout,  détient les clés de l’énigme. Il faut donc continuer la lecture.


    Je tourne les pages avec envie et curiosité. Avidité même. Mais la réponse se fait désirer. Je me retrouve à notre époque dans la ville allemande d’Hadamar, une paisible et charmante bourgade du Limbourg qui, a priori, ne présente aucune particularité remarquable. En tout cas, aucune que je connaisse. Mais il n’y a pas une minute à perdre. Le narrateur, un homme, ou plus exactement un vieil homme, se précipite à l’hôpital de la cité pour rejoindre le chevet d’une femme encore plus âgée que lui, une certaine Ilsa Schaffner, inconsciente, qui se meurt dans son lit de la chambre 313, à l’étage même où il dormit jadis. Mais la mourante n’est pas seule, elle est avec elle-même, ou plutôt celle qu’elle était il y a si longtemps :

    « Je demeure figé sur le seuil, appuyé d’une épaule au chambranle. Telle qu’elle était soixante-dix ans plus tôt, mais vêtue à la mode d’aujourd’hui, Ilsa Schaffner se tient de trois quart-dos, penchée au dessus du lit médicalisé. Le même âge, la même blondeur, la même nuque si fine contrastant avec les épaules carrées, la même crispation au coin des lèvres... Seul un chignon a remplacé la coupe à la garçonne. Et un tailleur gris moule sa silhouette en lieu et place de l’uniforme.»

    Allemagne. Soixante-dix ans en arrière. Femme blonde. Uniforme...  Une image nauséabonde du troisième reich surgit devant mes yeux, avec ses cohortes d’aryens avançant tous d’un même pas. Image d’Epinal sans doute, simple, très simple, trop simple, simpliste même.

    Alors, qui est donc ce double réincarné ? Il ne peut s’agir que de sa descendance qui, pourtant, semble lui vouer une haine incommensurable :

     « - Salope ! grince entre ses dents la doublure jeunesse d’Ilsa.
 
    D’un mouvement sec, elle rabat le drap sur le visage aux paupières closes, tourne les talons pour sortir et m’aperçoit. Sans diminuer le sourire avec lequel je la regardais à son insu, je lui dis : «Bonjour Madame», dans la langue de son injure. Elle s’arrête et me toise. Mon visage, le bouquet de roses jaunes que j’ai laissé tomber en la découvrant, à nouveau mon visage. Sous ce regard inquisiteur qui me bouleverse, je bénis ma passion pour le vin qui m’a incité à apprendre le français, idiome assez facultatif dans mon domaine scientifique, mais indispensable aux oeunologues. Le concours de Meilleur sommelier du monde est la dernière scène internationale où le français demeure la langue officielle, et c’est le milieu où je compte aujourd’hui le plus d’amis.
   - Mademoiselle, corrige-t-elle d’un ton sec. Vous êtes ?
   - Professeur David Rosfeld, dis-je en me refroidissant poliment, pour respecter la distance qu’elle a d’emblée mise entre nous.
    D’un coup d’indexe par-dessus l’épaule, elle désigne le lit.
   - Je suis sa petite fille. J’exige qu’on la débranche.
   Et elle quitte la chambre. Je la retiens d’une main ferme. Elle se dégage en se méprenant sur ma réaction.
  - Quoi ? Vous avez les moyens de la sortir du coma ? Non. Elle a au moins cent ans, et si jamais elle se réveillait, on l’accuserait de coups et blessures. Je ne vois pas ce que ma requête a d’inhumain. De toute manière, je suis sa seule famille. Je descends remplir les documents.»
    Ainsi démarre une intrigue absolument remarquable où le narrateur nous ramène effectivement dans l’Allemagne nazi, mais une Allemagne où la frontière entre les bons et les méchants, entre le bien et le mal, est beaucoup moins nette que ce qu’un manichéisme primaire pourrait conduire à croire. La vérité, celle qui échappe souvent à ce qu’en retient l’Histoire, au moins dans un premier temps, est toujours plus subtile, beaucoup plus nuancée. Nous savons qu’il a existé pléthore de héros anti-nazi, y compris parmi ceux qui arboraient un uniforme d’officier. Et Ilsa Schaffner fait partie de ceux-là ainsi que nous allons le découvrir, une héroïne assez improbable mais finallement tellement convaincante. Quant à David Rosfeld, son existence est un véritable coup de bluff... une mysthification défiant l’entendement et, par là même, l’infernale machine exterminatrice du troisième Reich.

    Dans ce roman magistral, Didier van Cauwelaert fait appel à quelques-uns de ses thèmes favoris, comme l’édification de l’idendité. La construction de l’identité de David Rosfeld s’appuie sur des règles collectives quasiment implicites, des règles qui font de vous celui ou celle que l’autorité vous déclare être. Si on affirme que vous êtes un génie, alors vous l’êtes, et David s’emploiera à l’être, parce qu’un autre petit garçon en a décidé ainsi, parce qu’il doit vivre à travers lui, pour lui. La chose ne sera pas aisée, le chemin semé d’embûches. Pour que cette entreprise soit possible, Didier van Cauwelaert met l’accent sur la volonté, le dépassement de soi, une autre thématique récurente de son oeuvre.

    S’appuyant pour partie sur des faits historiques que j’ai découverts une fois la lecture du roman terminée, Didier van Cauwelaert déploie un talent sans égal pour nous emporter dans une saga fabuleuse dont il a le secret. Beaucoup de sensibilité, un humour de bon aloi pour éviter de sombrer dans la noirceur, et à chaque ligne, un ton d’une infinie justesse.

    Si vous n’avez pas encore lu « La femme de vos vies», j’espère modestement vous avoir incité à le faire. Vous ne serez pas déçus, soyez en certains.
   



« La femme de nos vies», Didier van Cauwelart, roman, Albin Michel, 300 pp, 19,5 €

Repost 0
Published by Eric Van Hamme - dans Mes lectures
commenter cet article
16 novembre 2013 6 16 /11 /novembre /2013 11:38

Bonjour les papivores,

vous vous languissiez de ma voix suave ? Non ? Ah bon, tant pis. Alors, si vous êtes dépressifs , atones ou supporters de l'équipe de France de foot (beurk !) vous pouvez attenter à vos jours en écoutant la chronique radiophonique de ce jour sur les ondes d'IDFM. Si votre mémoire est en sommeil, la mienne est comateuse, les ondes se déhancheront sur 98. FM.

Pour les autres terriens, les martiens, et les aliens de l'univers, internet vogue à votre secours via ce lien :


link

 

Je vous parlerai de ma dernière lecture, "La femme de nos vies" de Didier van Cauwelaert.

 

Pour vous tenir en haleine (pas la mienne rassurez-vous, les effluves canines resteront loin de vos narines fragiles) le rendez-vous est à 17 heures 20.

 

So ?

 


Repost 0
Published by Eric Van Hamme - dans Mes lectures
commenter cet article
9 novembre 2013 6 09 /11 /novembre /2013 10:13

Les mauvais vendeurs attendent les opportunités que les bons vendeurs provoquent.

Repost 0
Published by Eric Van Hamme - dans Ce que j'écris.
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog d'Eric Van Hamme
  • Le blog d'Eric Van Hamme
  • : Partager ma passion pour l'écriture sous toutes ses formes. Vous faire connaître quelques coups de cœur de lecture. Confronter nos points de vue, tout simplement.
  • Contact

Recherche