Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 septembre 2021 6 25 /09 /septembre /2021 16:14

« Il était deux fois »

Franck Thilliez

Franck Thilliez est, depuis deux décennies, l’un des auteurs français les plus lus et un maître incontesté du thriller. Je dois cependant vous avouer, un peu honteux, que je n’avais jamais lu le moindre de ses ouvrages. Si je bénéficiais d’un soupçon d’estime auprès de vous, chers auditeurs, il est à craindre que celui-ci se soit évaporé à l’instant. Mais rassurez-vous, je vais tenter de me rattraper en vous livrant mon retour de lecture du roman « Il était deux fois » publié en 2020.

L’action débute en avril 2008 dans un hôtel de la petite ville de Sagas, cité imaginaire que l’auteur a placée dans la vallée de l’Arve, dans un paysage typique de ceux qu’on pourrait rencontrer du côté de Cluses ou de Sallanches. Ecoutez plutôt :

« On approchait les 23h30 quand le lieutenant Gabriel Moscato se présenta à l’accueil, l’un de ces lieux désuets où une moquette rêche, couleur châtaigne, tapissait les murs. Une collection de santons alignés sur des étagères lui donnait des airs de vieille auberge peu recommandable. Le gendarme connaissait le propriétaire du deux étoiles : Romuald Tanchon avait proposé un job d’été à sa fille pendant deux années consécutives et l’avait prise en stage. »

On peut immédiatement s’interroger : Pourquoi le gendarme se présente-t-il à une heure pareille à l’accueil de l’hôtel ? Tout simplement parce qu’il est à la recherche de sa fille Julie, âgée de 17 ans, qui a disparue un mois plus tôt alors qu’elle était partie pour une randonnée à vélo. Tout juste a-t-on retrouvé son VTT posé contre arbre. Depuis lors, rien de rien. Pas une trace, pas une piste, par le moindre mobile apparent qui pourrait aiguiller les recherches du lieutenant Moscato et, plus largement, celles de l’ensemble de la brigade de gendarmerie de Sagas qui s’est mobilisée pour tenter de la retrouver.

Ce soir-là, si Gabriel Moscato se présente à l’accueil de l’hôtel de la Falaise, c’est pour consulter le registre des clients de passage et plus particulièrement ceux qui y auraient séjourné les quelques jours autour de celui de la disparition de sa fille. Un vrai travail de fourmi pour tenter de débusquer un indice. Le patron de l’hôtel, compréhensif, consent à laisser le lieutenant compulser le registre et va même jusqu’à lui proposer de s’installer dans la chambre 29 au deuxième étage. Il suffira que le gendarme repose la clé sur le tableau lorsqu’il aura terminé. Sitôt installé dans la chambre, Gabriel Moscato s’attèle à la tâche, repensant sans répit à sa fille unique disparue comme s’il s’agissait d’un polar noir, sauf que là, c’est bien elle et lui qui sont au cœur de l’intrigue. En dépit de sa rage pour tenter de résoudre l’enquête, le lieutenant Moscato ne trouve rien de véritablement concluant si bien qu’au bout d’un long moment, ivre de fatigue après tant de nuis sans sommeil, il finit par s’endormir tout habillé sur le lit.

Quelques heures plus tard, il est réveillé par un bruit sourd, quelque chose vient de percuter la vitre de la chambre. Sans vraiment comprendre ce qui se passe, il sort de sa chambre et, au lieu de se retrouve sur le balcon de sa chambre, il parvient directement sur le parking de l’hôtel en compagnie d’autres clients qui, comme lui, ont été réveillés en sursaut. Le spectacle dépasse l’entendement, presque apocalyptique. Là, au beau milieu de la nuit c’est un fracas infernal d’oiseaux qui, tels des obus, semblent tomber du ciel par centaines, qui pour se fracasser sur le bitume du parking, qui sur les voitures qui y sont stationnées ou bien contre les murs de l’hôtel. Il pleut littéralement des oiseaux qui meurent dans un ballet cataclysmique. Puis soudain, plus rien. L’orage singulier cesse aussi brusquement qu’il avait commencé. Gabriel Moscato, harassé, retourne se coucher. Le lendemain matin lorsqu’il se réveille à plus de 11 heures, la gueule de bois et encore tout engourdi de sommeil, non seulement il ne retrouve pas ses affaires mais il réalise qu’il n’est plus dans la chambre où il s’était endormi. Quelques minutes plus tard, après être passé par l’accueil, Gabriel Moscato est à nouveau dans la chambre 29 et non dans la 7 où il s’est réveillé. Mais soudain, lorsque son regard croise un le miroir de la salle d’eau il constate avec effroi qu’il est face à une image de lui certes, mais un lui beaucoup plus vieux, pratiquement méconnaissable. Et pour cause, il ne le sait pas encore, mais nous sommes en 2020 et 12 ans se sont écoulés.

Qu’a-t-il bien pu se passer ? C’est à n’y rien comprendre, d’autant plus que Julie n’a toujours pas été retrouvée.

Désormais parachuté en 2020, Gabriel Moscato, va devoir remonter le passé, tenter de trouver des explications à tout cela et, surtout, reprendre sa quête pour tenter de résoudre l’énigme de la disparition de sa fille. L’homme, désespéré et obnubilé, va mette en œuvre toute l’énergie qui lui reste pour essayer de comprendre ce qui lui arrive et, évidemment, reprendre sa quête pour retrouver sa fille ainsi qu’il se l’est juré.

Dans ce roman diabolique Franck Thilliez nous emporte dans une enquête qui va nous plonger aux tréfonds de l’âme humaine, dans ce qu’elle a de plus sombre, de plus torturé, de plus inavouable. Avec un sens du suspense jamais démenti, l’auteur nous tient en haleine jusqu’à une issue qui n’a rien de convenu mais qui, somme toute, est à l’image de l’atmosphère étouffante de des quelques 500 pages de l’ouvrage.

« Il était deux fois », un roman à dévorer sans modération.  

Partager cet article
Repost0
25 septembre 2021 6 25 /09 /septembre /2021 09:32

Chers fans, foule en délire, 

C'est avec plaisir que je vous propose de nous retrouver à 17 heures sur les ondes d'IDFM où je chroniquerai le roman de Franck Thilliez "Il était deux fois" dans l'émission littéraire " Les mots des livres préparée et animée par l'excellente Laurence Ducournau. 

Pour les nostalgiques des postes radio c'est sur 98 FM en Ile-de-France et, pour tous les autres, c'est là que cela se passe : IDFM

Partager cet article
Repost0
18 septembre 2021 6 18 /09 /septembre /2021 05:03

Sur nos écrans tactiles les alias qui défilent

En processions fugaces lardées de frénésie 

De Paris à Sydney en une pelote qui file 

Tissent instantanément une toile de magnésie.

 

Miracle de l’esprit abolissant l’espace

Pouvant unir les hommes en une seule nation

Partage universel brisant les carapaces 

Où ils se réfugiaient pour fuir l’humiliation.

 

Sous la surface lisse ces amis inconnus

Dévoilent sans retenue le secret des jardins

Où ils vont, insouciants, mettant leur âme à nu

Pensant être à l’abri du jugement des gredins.

 

Mais ne voilà-t-il pas que qu’une voix dissonante 

Vient à cracher soudain d’abjectes invectives 

Maelstrom nauséabond aux notes d’épouvantes

Elle franchissent les vitres en hordes accusatives.

 

La vitre devint sale sa surface outrageante 

Entaille la bienveillance qu’elle devait protéger 

Bouclier pour les lâches aux attaques affligeantes 

Elle blesse les âmes pures que la toile a piégées.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
5 septembre 2021 7 05 /09 /septembre /2021 07:55

Dieu travailla six jours et se reposa le septième ; moi, c’est le contraire.

Partager cet article
Repost0
28 août 2021 6 28 /08 /août /2021 08:41

Dans mon cœur j’ai cherché 

Les reflets de mes songes

Les émois entachés 

Par le sang des mensonges.

 

J’ai cherché sans répit 

La réponse aux questions 

Avec rage et dépit 

Jusqu’à l’indigestion.

 

J’ai erré en moi-même 

À en perdre raison 

Pitoyable bohème 

 

Jusqu’à la déraison.

J’ai enfin découvert 

L’épitaphe du calvaire.

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
24 août 2021 2 24 /08 /août /2021 07:30

Quand le vent tempétueux griffera nos visages 

Ravinés sans répit par les pluies scélérates 

Quand les nuits infernales sur les muets paysages 

Porteront sur leur dos d’ineffables stigmates.

 

Quand le feu brûlera au foyer de l’enfer 

Les espoirs si fragiles cultivés dans nos rêves 

Quand l’attente encagée aux geôles de Lucifer

Se sera sabordée aux confins de la grève 

 

Quand demain sera pire que le jour qui s’enfuit 

Emportant sur ses ailes nos dernières perspectives 

Et que le soleil noir jaillira chaque nuit

 

Nous paierons l’addition pour nos vies négatives

Et quand Dieu sera las de veiller sur nos âmes 

Il ne restera rien au tranchant de sa lame.

Partager cet article
Repost0
26 juillet 2021 1 26 /07 /juillet /2021 15:53

Dans tes yeux la bonté 

Chaque jour refleurit 

Indicible beauté 

Qui sans cesse me ravit

 

Ton amour éternel 

Plus précieux qu’un diamant

Illumine vaillamment 

Nos élans passionnels 

 

Peu importe le temps

Flétrissant nos visages 

Dans nos âmes le printemps 

 

À jamais s’envisage ;

Sur nos cœurs menacés

Nos prénoms enlacés.

Partager cet article
Repost0
12 juillet 2021 1 12 /07 /juillet /2021 07:41

Mon Dieu que l’existence est brève 

Éclair fugace sur l’écran noir 

Partie unique sans pause ni trêve 

Ne pouvant fuir de l’entonnoir.

 

Nous aimerions pouvoir stopper 

L’instant de grâce qui nous transporte 

Cocon soyeux où s’envelopper

À l’abri d’une chambre forte.

 

Mais la dame noire sur le qui-vive

Ne nous accorde aucun répit 

Le temps s’écoule tel une eau vive

 

En charriant notre dépit.

Fragiles esquifs dans le courant

La vie file en accélérant.

Partager cet article
Repost0
21 juin 2021 1 21 /06 /juin /2021 18:23

Le plus beau des héritages est celui que l’on transmet.

Partager cet article
Repost0
14 juin 2021 1 14 /06 /juin /2021 07:17

J’ai encagé mon cœur au creux de ta poitrine 

Pour que tu sentes battre le pouls de ma passion

Pour que ton sein soyeux aux reflets d’ivoirine 

Se soulève en cadence avec abnégation.

 

J’ai enchâssé mon âme aux tréfonds de la tienne 

Pour que rien ni personne ne puisse nous séparer 

Pour que tout l’univers et l’éternité même

Réalisent à jamais ce que veut dire aimer.

Partager cet article
Repost0