Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 mars 2016 3 23 /03 /mars /2016 11:40

Allah est furibard

Devant tant d’ânerie

Il vous traite de connards

Ramassis d’ahuris.

 

Lisez donc le Coran

Comprenez les écrits

Bataillon d’ignorants

Qui n’avez rien appris.

 

Il n’existe qu’une seule arme

Qui se nomme tolérance

Dans le sel de nos larmes

 

Grandira l’espérance.

Que le souffle de vos bombes

Engloutisse vos tombes.

Repost 0
Published by Eric Van Hamme - dans Ce que j'écris.
commenter cet article
19 mars 2016 6 19 /03 /mars /2016 06:26

Le silence est venu

Étouffer le vacarme

Sous son mouchoir ténu

Pas un cri ni de larme.

 

Dans ce monde assourdi

Les douleurs restent muettes

Et vos cœurs alourdis

Sans tambour ni trompette.

 

Et pourtant vos visages

Inondés d’amertume

Ouvrent des paysages

 

Aux prodigieux volumes.

On devine la portée

De ces rêves avortés.

Repost 0
Published by Eric Van Hamme - dans Ce que j'écris.
commenter cet article
25 février 2016 4 25 /02 /février /2016 09:42

À chaque jour qui passe

Quand la lumière s’enfuit

Comme le soleil trépasse

Et que plus rien ne luit.

 

Quand la jeunesse s’efface

La beauté se flétrit

Quand la vieillesse menace

Et nos corps sont meurtris.

 

Quand les larmes vivaces

Dans nos cœurs s’insinuent

Comme la mort se déplace

 

Et met nos âmes à nue

Nous traversons la glace

Vers un monde inconnu.

Repost 0
Published by Eric Van Hamme - dans Ce que j'écris.
commenter cet article
16 février 2016 2 16 /02 /février /2016 07:24

Je recommande à certains prix Nobel de football de s’acheter un Bled ou mieux, d’y retourner. 

Repost 0
Published by Eric Van Hamme - dans Ce que j'écris.
commenter cet article
8 février 2016 1 08 /02 /février /2016 10:34

Il y a de plus en plus d’hommes grands et de moins en moins de grands hommes.

Repost 0
Published by Eric Van Hamme - dans Ce que j'écris.
commenter cet article
22 janvier 2016 5 22 /01 /janvier /2016 17:01

J’ai humé le silence

Sa saveur dans tes yeux

Un parfum d’innocence

Sur ton corps malicieux.

 

J’ai senti l’opulence

Son toucher délicieux

Un relent d’indécence

Sur tes seins ambitieux.

 

J’ai respiré l’essence             

De ton sexe audacieux

Ineffable jouissance

 

Sous tes reins licencieux ;

Je languis d’impatience

Ton esclave sous les cieux.

Repost 0
Published by Eric Van Hamme - dans Ce que j'écris.
commenter cet article
2 janvier 2016 6 02 /01 /janvier /2016 08:14

2015 est passé

Son cortège de douleurs

D’innocents trépassés

 

2015 enterré

Un abime de malheurs

Sous nos yeux atterrés

 

2015 achevé

Tant de peines dans nos cœurs

Et nos poings haut levés

 

2016 arrivé

Nos espoirs, nos valeurs

Et nos âmes élevées.

Repost 0
Published by Eric Van Hamme - dans Ce que j'écris.
commenter cet article
26 décembre 2015 6 26 /12 /décembre /2015 10:15

Tous les matins à la radio

Quand au dehors le monde est sombre

Caro s’installe dans le studio

Où paresse encore la pénombre.

 

De sa voix chaude et bienveillante

Elle nous réveille tout en douceur

Jolie Caro est flamboyante

Et affectueuse comme une sœur.

 

On sent pourtant poindre une faille

Une blessure au fond du cœur

Oiseau fragile telle une caille

 

Caro redoute les gars truqueurs.

Si tu es tendre et facétieux

Son amour sera délicieux.

Repost 0
Published by Eric Van Hamme - dans Ce que j'écris.
commenter cet article
12 décembre 2015 6 12 /12 /décembre /2015 07:46

Dans tes yeux l’océan

S’est mélangé aux cieux

Pour inventer des bleus

À nuls autres pareils.

 

Ces nuances infinies

Où je plonge chaque jour

Sont bercées par la houle

De précieux sentiments.

 

Qu’il est doux de sentir

Les vagues porter mon cœur

Fabuleux frôlements

 

M’inondant de plaisir.

Dans tes yeux je serai

Un esquif indolent.

Repost 0
Published by Eric Van Hamme - dans Ce que j'écris.
commenter cet article
26 novembre 2015 4 26 /11 /novembre /2015 08:57

Nous ne vieillirons pas ensemble

Nos routes viennent de se séparer

Mes yeux se noient et mon cœur tremble

Mon âme à jamais égarée.

 

Nous nous étions pourtant juré

De nous aimer dans les épreuves

Mais soudain tu t’es parjurée

Quand la vie exigea des preuves.

 

Me voilà seul face au destin

Où la mort tourne autour de moi

Elle se délecte face au festin

 

Qu’elle se prépare sans un émoi.

Tu m’as laissé à l’agonie

Détruit par ton acrimonie.

Repost 0
Published by Eric Van Hamme
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog d'Eric Van Hamme
  • Le blog d'Eric Van Hamme
  • : Partager ma passion pour l'écriture sous toutes ses formes. Vous faire connaître quelques coups de cœur de lecture. Confronter nos points de vue, tout simplement.
  • Contact

Recherche