Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 avril 2011 3 13 /04 /avril /2011 12:46

Ce matin j’ai reçu

Un faire-part de décès.

L’enveloppe étrangement

Ne portait pas de timbre

Et encore moins d’adresse.

Tout juste y lisait-on

Cette étrange inscription : Néant.

J’ai longtemps regardé

La croix noire trônant seule

Au milieu de l’immensité immaculée.

J’étais pétrifié, redoutant le pire :

Quel ami n’était plus ?

Quel parent disparu ?

Et puis j’ai déchiffré, incrédule,

Ces mots qui disaient la douleur

De ma femme, la peine de mes enfants

D’avoir perdu un mari et un père…

Ainsi donc, je suis mort,

C’est écrit noir sur blanc.

Alors demain j’irai

A mon propre enterrement.

Repost 0
Published by Eric Van Hamme - dans Ce que j'écris.
commenter cet article
10 avril 2011 7 10 /04 /avril /2011 18:06

Pourquoi certains prêtres enseignent-ils le catéchisme ? Parce qu’il y a des enfants.

 

Repost 0
Published by Eric Van Hamme - dans Ce que j'écris.
commenter cet article
4 avril 2011 1 04 /04 /avril /2011 19:51

Tu es le chat

Moi la souris

Ton jeu sadique

Me terrifie.

Tu me tortures

De jour, de nuit

Qu’importe l’heure

Pas de répit.

Dès que je crois

T’avoir semée

Tu me rattrapes

Bien amusée.

Même si je pleure

Mon corps recru

Et l’âme usée

Tu me consumes

Dans ton brasier.

 

Il n’y a plus guère à attendre

Bientôt je ne serai que cendres.

Repost 0
Published by Eric Van Hamme - dans Ce que j'écris.
commenter cet article
31 mars 2011 4 31 /03 /mars /2011 20:44

On peut taire la vérité, jamais un mensonge, sinon il n’existerait pas.

Repost 0
Published by Eric Van Hamme - dans Ce que j'écris.
commenter cet article
27 mars 2011 7 27 /03 /mars /2011 18:06

Le train déroule

Son implacable litanie

Ses forêts de potences

De métal et de bois

Egrainent le bruit mat

D’une pendule insolente.

En cette nuit dans le wagon

Je n’entends rien que cette plainte

Qui me ramène à mon état

Celui d’un homme qui chemine

Vers un destin inexorable.

Pourtant partout à mes côtés

Montent les pleurs et les sanglots

De ceux que l’occupant a capturés :

Un aller simple pour le néant.

Repost 0
Published by Eric Van Hamme - dans Ce que j'écris.
commenter cet article
26 mars 2011 6 26 /03 /mars /2011 17:03

Pourquoi Caliméro a-t-il choisi de pratiquer un sport de combat ?

Parce qu'il avait déjà sa coquille

Repost 0
Published by Eric Van Hamme - dans Ce que j'écris.
commenter cet article
22 mars 2011 2 22 /03 /mars /2011 12:14

Parler d’équinoxe équivaut à voir la bouteille à moitié vide.

Repost 0
Published by Eric Van Hamme - dans Ce que j'écris.
commenter cet article
18 mars 2011 5 18 /03 /mars /2011 21:42

La vague s’appelle un tsunami

Un nom charmant au demeurant

Il n’a pourtant rien d’un ami

Qui vient à vous en souriant.

 

Sa force ramène au rang d’épure

Les plus impétueux des rouleaux

Ses intentions n’ont rien de pur

Ses amuse-gueule des matelots.

 

Quand il accoste sur le rivage

Son jeu consiste à tout détruire

Il tue les hommes et il ravage

 

Inutile de chercher à fuir.

Contre lui vraiment rien à faire

Broyer nos vies est sont affaire.

Repost 0
Published by Eric Van Hamme - dans Ce que j'écris.
commenter cet article
16 mars 2011 3 16 /03 /mars /2011 20:34

Tu avais prétendu m’aimer

Jusqu’à la fin des temps.

Qu’importe la vie, la mort,

Toujours serait ce sentiment.

Tu m’avais convaincu

Comme on convainc un innocent

Que même sa propre perte

Est le plus bel aboutissement.

J’ai souscrit sans réserves

Aux plus folles chimères,

Aux promesses insolentes.

J’ai promis sur l’autel

Exposé mon cœur pur

Et mes fous sentiments.

J’ai crié aux étoiles

Aux rivières, aux passants

Qu’il était merveilleux

D’avoir été choisi par toi ;

Mais tes baisers amers

Etaient ceux d’un serpent.

Repost 0
Published by Eric Van Hamme - dans Ce que j'écris.
commenter cet article
12 mars 2011 6 12 /03 /mars /2011 21:55

Dans la nuit sidérale

J’ai abîmé mon âme recrue

Par delà l’univers

Et ses constellations

Le néant m’a tout pris

Enfermé dans son piège infini.

Vertigineuse absence

Où l’espace et le temps

Ont été surpassés

Par leur propre expansion.

Plus rien d’autre n’existe

Qu’une conscience erratique

Plus rien d’autre n’existe

Qu’un furieux sentiment.

Repost 0
Published by Eric Van Hamme - dans Ce que j'écris.
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog d'Eric Van Hamme
  • Le blog d'Eric Van Hamme
  • : Partager ma passion pour l'écriture sous toutes ses formes. Vous faire connaître quelques coups de cœur de lecture. Confronter nos points de vue, tout simplement.
  • Contact

Recherche