Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 février 2012 4 02 /02 /février /2012 00:00

Pour trouver l’est il faut s’orienter alors que pour trouver l’ouest il faut s’occidentaliser.

Repost 0
Published by Eric Van Hamme - dans Ce que j'écris.
commenter cet article
28 janvier 2012 6 28 /01 /janvier /2012 09:36

Mieux vaut rester en vie que de mourir d'envie.

Repost 0
Published by Eric Van Hamme - dans Ce que j'écris.
commenter cet article
24 janvier 2012 2 24 /01 /janvier /2012 22:15

Le numéro de cette pensée m'amène cette question impromptue : arriverai-je à la pensée 421 ? Je n'ai jamais été fortiche du côté de la chance alors...

 

Allez, pour ne pas décevoir mon ultime lectrice, une petite quand même :

 

La meilleure raison de croire est de croire qu’on a raison.

 

"Etonnant non ?"

Repost 0
Published by Eric Van Hamme - dans Ce que j'écris.
commenter cet article
19 janvier 2012 4 19 /01 /janvier /2012 21:52

J’ai bâti le château de mes rêves

Au secret des nuits blanches

Dessiné ses contours

Puis les moindres détails.

 

J’ai rêvé les jardins

Et leurs milliers d’essences

Comme autant de murmures

Pour bercer tes oreilles.

 

Ce futur onirique

Me soutient chaque jour

Quand surgit le mal être

 

Le plus bel avenir

Se construit dans nos songes

Puis s’incarne au présent.

 

Repost 0
Published by Eric Van Hamme - dans Ce que j'écris.
commenter cet article
15 janvier 2012 7 15 /01 /janvier /2012 09:48

On ne peut apprendre à aimer qu’une seule personne : soi-même.

Repost 0
Published by Eric Van Hamme - dans Ce que j'écris.
commenter cet article
12 janvier 2012 4 12 /01 /janvier /2012 22:23

J’effacerai mon nom, bannirai mon effroi

Pour me pendre à la branche.

Les enfants riront bien avec la bise blanche

Balançant mon corps froid.

 

Les corbeaux et les pies viendront gober mes yeux

Le cerveau dans mon crâne

Les enfants riront moins s’ils voient que je ricane

Au festin délicieux.

 

Lentement la vermine sur mes chairs va ronger

Des lambeaux de viande rouge

Les enfants auront peur si mon squelette bouge

 

Découvrant devant eux mon cœur noir et figé.

Les enfants s’enfuiront lorsque la bise blanche

Fera craquer ma branche.

Repost 0
Published by Eric Van Hamme - dans Ce que j'écris.
commenter cet article
7 janvier 2012 6 07 /01 /janvier /2012 19:31

Lorsque nous évoquons mon évolution professionnelle, mes amis me demandent régulièrement :

« Pourquoi les choses ne roulent-elles pas mieux pour toi ? »

Devant leur amicale insistance, je suis bien obligé de leur avouer cette vérité qui fait mal à mon ego :

 « Ben, c’est parce que je suis la roue de secours de la cinquième roue du carrosse. » 

Repost 0
Published by Eric Van Hamme - dans Ce que j'écris.
commenter cet article
31 décembre 2011 6 31 /12 /décembre /2011 13:12

Elle regarde en dessous

Dans un grand désarroi 

Sous ses pieds se dérobe

Le sol qui la portait.

Lorsqu’elle est arrivée

On lui avait promis

Qu’elle aurait tout le temps

Pour vivre et profiter.

Mais le temps a passé

D’abord très lentement

Puis de plus en plus vite

Jusqu’à l’abandonner.

Il s’enfuit vers une autre

Dans l’hostile clepsydre

Qui l’avait consacrée.

Cette année va mourir

Sous les applaudissements

On boira le champagne

Et on s’embrassera

Pour fêter son trépas.

Repost 0
Published by Eric Van Hamme - dans Ce que j'écris.
commenter cet article
18 décembre 2011 7 18 /12 /décembre /2011 19:06

Cette nuit j’ai tant rêvé de toi

Comme jamais auparavant

Tu étais belle et désirable

Tel un soleil exacerbé.

Tu irradiais le monde entier

Sublime étoile du berger

Aux hommes tu indiquais la voie

Pour qui saurais te décrocher.

Alors j’ai vu comme en plein jour

Cette impensable vérité :

Tu venais de m’abandonner

Pour t’offrir à d’autres que moi.

Repost 0
Published by Eric Van Hamme - dans Ce que j'écris.
commenter cet article
15 décembre 2011 4 15 /12 /décembre /2011 22:41

Le vent comme les hommes

Est d’une humeur changeante

Soufflant le chaud ou bien le froid

Dans une étrange cyclothymie.

Parfois épouvantable

Il sait être glacial

Transformant cœur et peau

En lambeaux douloureux.

Mais il sait être aussi

D’une exquise douceur

Distillant des caresses

Voluptueuses et subtiles.

Par ses brusques changements

Il nous tient en haleine.

Toujours sur le qui-vive

Nous attendons anxieux

Pour savoir quelle sera

La couleur de ce jour.

Nous n’y pouvons rien faire

Mais nous sommes persuadés

Que ce qu’il nous insuffle

Peut régir nos destins.

C’est pourquoi ses tempêtes

Charrient notre maelström

Quand ses brises légères

Nous transportent de bonheur.

Il n’en reste pas moins

Qu’à la fin de l’histoire

Sur ses ailes il emporte

Nos ultimes soupirs.

 

 

Repost 0
Published by Eric Van Hamme - dans Ce que j'écris.
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog d'Eric Van Hamme
  • Le blog d'Eric Van Hamme
  • : Partager ma passion pour l'écriture sous toutes ses formes. Vous faire connaître quelques coups de cœur de lecture. Confronter nos points de vue, tout simplement.
  • Contact

Recherche