Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 avril 2012 2 17 /04 /avril /2012 18:57

J’ai joué avec le feu

En totale inconscience

Comme on joue sur sa vie

A parfois se brûler.


J’ai soufflé sur les flammes

En feignant l’insouciance

Tel un fou désinvolte

Ignorant le danger.


J’ai jeté les torchères

En parfait saltimbanque

Comme un clown déjanté

Négligeant la souffrance.


Puis le feu m’a grillé

Dans l’étreinte de ses bras

Sous vos cris apeurés

Je me suis immolé.

Repost 0
Published by Eric Van Hamme - dans Ce que j'écris.
commenter cet article
12 avril 2012 4 12 /04 /avril /2012 21:00

Les Anglais sont supérieurs aux Français. Pourquoi ?  

  • nos guerres contre eux ont toujours eu lieu chez nous
  • ils ont inventé les hooligans
  • ils nous reprochent systématiquement notre manque de fair-play quand nous perdons contre eux
  • ils n’ont jamais tort, sinon ils ne seraient pas anglais
  • ils ont rompu avec l'église romaine
  • The Beatles, Morrissey, The housemartins, Roddy Frame, Carmel Mac Court... 
  • Ringo, Dick Rivers, Jessé Caron, Lucky Blondo...
  • ils ont inventé les petits pois à la Jelly verte (pour le camaïeu)
  • vous trouverez de la viande de bœuf anglaise en vente chez nous mais pas l’inverse
  • Cantona est le roi de MU
  • ils ont l’Eurostar, l’Eurotunnel mais pas l’euro
  • ils ont inventé le lobbying
  • je suis Français
Repost 0
Published by Eric Van Hamme - dans Ce que j'écris.
commenter cet article
7 avril 2012 6 07 /04 /avril /2012 09:49
 
    http://multimedia.fnac.com/multimedia/FR/images_produits/FR/Fnac.com/ZoomPE/6/4/3/9782330001346.jpg
 
Les amours d’été ne devraient pas survivre à l’automne, et encore moins à l’hiver. Alors pourquoi tenter de prolonger quelque chose d’éphémère, quelque chose qui n’est pas fait pour durer ? C’est exactement ce à quoi pense Martin Molin, le jeune inspecteur de police de Fjällbacka, collègue encore peu expérimenté de Patrick Hedström. Nous sommes une semaine avant Noël. Martin a cédé aux injonctions répétées de sa conquête de l’été, Lisette, et s’est résolu à aller passer ce glacial we d’hiver sur une île isolée au large de la côte. Là-bas, un couple a transformé une ancienne colonie de vacances en confortable maison d’hôtes.
Ce vendredi soir, alors que Martin accoste sur l’île menacée par les glaces, la météo devient exécrable. Il gèle à pierre fendre et une violente tempête de neige est annoncée. Rien de bien alléchant en vérité d’autant que, dans la maison d’hôtes, il n’y a pas seulement Lisette, mais également ses parents, son frère, son oncle, sa tante et leurs enfants et enfin, et peut-être surtout, son grand-père Ruben, un homme âgé, en fauteuil, quasiment impotent mais qui impressionne par sa seule présence.
Sitôt les présentations faites, il faut passer à table où un impressionnant buffet attend les convives. Chacun d’entre eux se sert avant d’aller s’installer à table.
Dès le début du repas, le patriarche, Ruben, questionne tour à tour ses quatre petits enfants qui, soit poursuivent des études supérieures, pour deux d’entre eux, soit se sont lancés dans les affaires pour les deux autres. Mais, dans tous les cas, ils utilisent largement les fortes sommes d’argent octroyées par lui. Cependant, aucun d’entre eux ne semble posséder le don des affaires de leur grand-père, ce qui a pour effet de l’énerver. Lui, il est parti de rien pour devenir milliardaire. Après les petits-enfants, Ruben fait passer sur le grill ses deux fils, Harald et Gustav, qui ont pris sa suite à la tête de l’empire qu’il a bâti. Là encore, ses questions incisives, mettent en exergue le fait qu’il n’y a personne dans sa descendance qui ait la carrure pour être son digne héritier. Face à cette situation, Ruben sort de ses gonds et chacun en prend largement pour son grade. C’est alors que, face à l’auditoire familial incrédule, et sous les yeux de Martin Molin, Ruben lâche une véritable bombe atomique : il a l’intention de les déshériter, tous, sans exception. Il ne leur restera que le minimum légal…. Du reste, il vient de prendre toutes les dispositions testamentaires pour qu’il en soit ainsi.
L’assistance entière est pétrifiée par cette annonce totalement incroyable. Dans la salle à manger, soudain devenue silencieuse comme une tombe, on entendrait voler les mouches. C’est à ce moment précis que s’enclenche la mécanique du drame : Ruben, qui s’est passablement énervé, semble terriblement assoiffé par sa virulente diatribe. Il saisit son verre et en vide le contenu d’un trait. Mais, sitôt sa soif étanchée, le vieil homme est saisi de spasmes de plus en plus violents que rien ni personne ne semble pouvoir arrêter.
Martin, qui s’est précipité vers le vieillard juste après deux de ses petits enfants, Lisette et Bernard, ne peut que recueillir son dernier souffle. Ruben est mort violemment. Il n’y a plus rien à faire. D’ailleurs, qu’auraient-ils pu faire ? Au dehors, la tempête de neige qui sévit maintenant vient en effet de couper la ligne téléphonique, désormais hors d’usage, tandis que les réseaux de téléphonie mobile ne couvrent pas la petite île.
Alors que tout le monde est incrédule, abasourdi par la soudaineté du décès du patriarche, Martin, qui est toujours à ses côtés, remarque une odeur caractéristique qui semble émaner du défunt, une odeur d’amendes amères qu’on lui a appris à reconnaître à l’école de police, l’odeur du cyanure. Cette odeur, Martin la retrouve dans le verre que Ruben vient de vider. Aucune hésitation possible, Ruben a été assassiné. C’est ce que Martin annonce à l’ensemble de la famille.
Seul, privé de toute assistance policière, Martin va, pour la première fois de sa carrière, devoir résoudre un crime dont l’auteur doit forcément se trouver parmi les convives. C’est pour cette raison que Martin décide de les interroger individuellement, les uns après les autres, pour tenter de démasquer le coupable.
Avec ce court roman, d’environ 150 pages, Camilla Läckberg renoue avec la longue tradition du huis-clos à suspense dont le plus célèbre demeurera sans doute, et à jamais,  l’inoubliable « 10 petits nègres » d’Agatha Christie.
Il faut ici avertir le lecteur : « Cyanure » ne peut en rien être comparé avec les habituels romans de Camilla Läckberg et ce, pour une bonne et simple raison, un huis-clos est un genre à part entière. « Cyanure » n’est pas un thriller et ne prétend pas l’être. En fait, en s’appuyant pratiquement sur les bases des trois unités (lieu, temps et espace) cette intrigue aurait tout aussi bien pu prendre la forme d’une pièce de théâtre. Et c’est ainsi que « Cyanure » doit être lu. L’attention du lecteur est focalisée sur l’intrigue elle-même. Rien d’autre. Selon moi, « Cyanure » atteint assez bien son but, soutenu par une écriture sobre, efficace et sans fioritures. Vous passerez un agréable moment en dévorant « Cyanure » en quelques heures à peine, en cherchant à savoir qui est le coupable ainsi que je l’ai moi-même fait.
 
Repost 0
Published by Eric Van Hamme - dans Mes lectures
commenter cet article
7 avril 2012 6 07 /04 /avril /2012 08:22

En ce we Pascal, et pour les autres aussi, tous les autres, pour les désespérés des frimas d’avril, je propose de passer quelques minutes déprimantes en écoutant ma chronique dans l’émission de Laurence Ducournau « Les mots, des livres » sur Idfm (98 Fréquence Monde pour les terriens du cratère francilien) et quelque part dans l’espace arachnéen pour les autres créatures (coordonnées cosmiques pour synchroniser vos GPS interstellaires : link ). Là, qui sait, avec un peu de malchance, vous pourrez peut-être capter tout ou partie du message au « Cyanure » de Camilla Läckberg.

Ah, oui, j'avais oublié, des fois que... la fin du monde aura lieu vers 17 heures, summer Paris time.

 

Repost 0
Published by Eric Van Hamme - dans Mes lectures
commenter cet article
4 avril 2012 3 04 /04 /avril /2012 20:01

À chaque jour qui passe

Je voudrais revenir

Au sentier de mes pas,

Reprendre le chemin

À l’aune de la sagesse

Que je n’affichais pas.

J’aimerais rattraper

Tous ces actes manqués,

Réparer mes erreurs

Et le mal que j’ai fait,

Réinventer le monde

Tel qu’il n’existait pas,

Imaginer encore

Le futur loin devant.

La vie est bien cruelle

Qui offre à notre esprit,

La fortune de comprendre

Alors que tout finit.

Repost 0
Published by Eric Van Hamme - dans Ce que j'écris.
commenter cet article
27 mars 2012 2 27 /03 /mars /2012 20:03

Depuis que Dieu existe

Dans la pensée des hommes

Qu’il impose ses lois

Aussi nombreuses qu’ineptes.

Depuis que les croyances

Supplantent le bon sens

Soutenant des doctrines

Parfois inacceptables.

Depuis qu’il est des hommes

Qui se réclament de Dieu

Exigeant des fidèles

Des actes fanatiques,

Alors l’homme exécute

Les pires exactions

Qu’il n’aurait pas commises

Si Dieu n’existait pas.

Repost 0
Published by Eric Van Hamme - dans Ce que j'écris.
commenter cet article
23 mars 2012 5 23 /03 /mars /2012 22:31

Rallye A Travers Paris et Ses Nombreux Couloirs Fabuleux.

Repost 0
Published by Eric Van Hamme - dans Ce que j'écris.
commenter cet article
14 mars 2012 3 14 /03 /mars /2012 22:08

Un curieux p’tit bonhomme

S’est planté devant moi

Et m’a toisé de bas,

Regard torve, air narquois.

 

J’ai piqué son regard

Comme on pêche au harpon

Décidé à combattre

Ce crâneur d’avorton.

 

Il m’a tiré la langue

Tout en lâchant un pet

Offert un bras d’honneur

Et traité de « vieux con ».

 

Si j’adhère au constat

Quoi qu’il soit un peu rude

Je lui ai décroché

Le plus beau des marrons.

 

Repost 0
Published by Eric Van Hamme - dans Ce que j'écris.
commenter cet article
4 mars 2012 7 04 /03 /mars /2012 19:31

J’ai oublié mon nom

Et ma propre présence

Me paraît incongrue.

Le miroir me renvoie

Une image inconnue

Qui ne m’évoque rien.

Si je sens battre un cœur

Au fond de ma poitrine

Il me semble inutile.

Je dois être quelqu’un

Mais quand je m’interroge

Seul le vide me répond.

Je devine cependant

Au plus profond de moi

Un souvenir ténu.

Mais quand il me revient

La terreur me submerge :

Je suis un amnésique.

Repost 0
Published by Eric Van Hamme - dans Ce que j'écris.
commenter cet article
24 février 2012 5 24 /02 /février /2012 07:41

Je regarde la mort

Dans les yeux du néant

Mais ce puits insondable

Ne saurais m’effrayer.

 

Je sais bien qu’au-delà

Je serai digéré

Qu’il ne restera rien

Du charnier putrescent.

 

C’est dans l’ordre des choses

Qu’est gravé l’éphémère

Alors pourquoi douter ?

 

Car la mort n’est rien d’autre

Que la fin de toute chose

Où elle va trépasser.

 

 

P-S : le blog fait une pause blanche. A bientôt j'espère

 

Repost 0
Published by Eric Van Hamme - dans Ce que j'écris.
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog d'Eric Van Hamme
  • Le blog d'Eric Van Hamme
  • : Partager ma passion pour l'écriture sous toutes ses formes. Vous faire connaître quelques coups de cœur de lecture. Confronter nos points de vue, tout simplement.
  • Contact

Recherche